UN COUP DE POUCE POUR LE ZOO DE SAINT-MARTIN-LA-PLAINE

Updated: Aug 3, 2021

Les habitants de la Loire ont décidé de soutenir le parc animalier de Saint-Martin-La-Plaine. Suite à la crise sanitaire une habitante a lancé une cagnotte solidaire qui ne cesse d'augmenter.


©Espace Zoologique Saint-Martin La Plaine


Retour sur l'histoire du parc


C’est en 1971 que Pierre et Eliane Thivillon ont décidé de créer un parc zoologique. Alors horticulteurs au village de Saint Martin la Plaine, ils recueillaient les animaux sauvages blessés retrouvés par les habitants. Devant le nombre de plus en plus important d’animaux ainsi soignés, l’idée du parc fit son chemin et devint réalité : le 23 juillet 1972, l’Espace Zoologique ouvrait ses portes.


Les premiers animaux présentés provenaient de la faune locale : des renards, des blaireaux, des pies… La colline hébergeant le parc était nue de végétation et les structures de taille réduite.


Le parc se spécialisa dans le maintien des primates et leur reproduction… Il fallut tout de même attendre 1995 pour enregistrer la première naissance de gorille !


La figure emblématique du parc, Platon, est décédé en 2008. Digit est aujourd'hui la gorille femelle la plus connue : Pierre et Eliane THIVILLON l'ont élevée depuis sa naissance.

©Espace Zoologique Saint-Martin La Plaine


Aujourd’hui, l’Espace Zoologique se développe encore et toujours, agrandissant les enclos, aménageant l’espace, agrémentant les allées de nouvelles plantes, reproduisant de plus en plus d’espèces et recueillant nombre d'animaux confiés par les autorités, notamment grâce à l'association Tonga Terre d'Accueil.


Près de 80.000 euros récoltés, la cagnotte prolongée


Les habitants de la Loire continuent de soutenir l'espace zoologique de Saint-Martin-La-Plaine. La cagnotte solidaire qu'une habitante avait lancé début février pour soutenir le zoo pendant la crise sanitaire a récolté au samedi 17 avril 2021 78.947 euros.

Une aide non négligeable pour ce parc créé en 1972 qui doit faire face à d’importantes difficultés financières depuis sa fermeture au public et l’arrivée de nouveaux pensionnaires en fin d’année 2020.


En effet, à la fin du mois de mars, le directeur du zoo, Pierre Thivillon, avait écrit au Premier ministre Jean Castex pour l’alerter sur « la situation actuelle (qui) met en danger l’avenir des espèces que nous protégeons », précisant que la charge financière qui pèse sur son entreprise est de 5.000 euros par jour.


Lien pour lire la lettre de Pierre Thivillon



31 views0 comments

Recent Posts

See All